Bonjour à chacune et chacun,

Je suis ravie de partager avec vous le retour d’expérience de 3 enseignantes de CP/CE1, en poste à l’Ecole Lumière, une école publique située dans le 8 ème arrondissement de Lyon.

Tout a commencé mi-juillet 2016, lorsque j’ai rencontré Loetitia pour la première fois_depuis que j’interviens en milieu scolaire, je me rends compte que les enseignants travaillent aussi pendant leurs vacances :-)_et que nous avons échangé sur la possibilité de mettre en place un programme de pleine conscience dans sa classe.

Loetitia a ensuite construit un projet avec 2 de ses collègues (Virginie et Marie-Claire) et grâce à son enthousiasme et sa détermination, nous avons pu faire bénéficier d’un programme de méditation de pleine conscience à près de 80 élèves.

Vous trouverez ci-dessous un entretien avec l’équipe au grand complet : Loetitia, Virginie, Marie-Claire et les témoignages qu’elles ont recueillis auprès de leurs élèves.

  • Qu’est-ce qui vous a motivé pour mettre en place un programme d’entrainement à l’attention et de méditation dans votre classe ?

    Loetitia (L) , Virginie (V) et Marie-Claire (MC)

    « Depuis plusieurs années, nous constatons que nos élèves peinent à rester attentifs et à s’investir dans le travail scolaire. Nous essayons régulièrement d’améliorer nos pratiques pédagogiques en proposant des activités qui font appel à la manipulation et l’expérimentation afin que les élèves soient pleinement acteurs de leur apprentissage. Force est de constater qu’ils sont de plus en plus nombreux à douter de leurs capacités. Il leur est de plus en plus difficile de s’impliquer dans des enseignements proposés en milieu scolaire.

    Notre monde hyper connecté qui va de plus en plus vite, entraîne les enfants dans la dispersion. Ils sont sous la pression de la performance scolaire et d’un désir familial de réussite croissant. La fatigue physique et mentale augmente ainsi que les difficultés à communiquer ce qui engendre des réactions de plus en plus violentes. Nous savons que l’attention, la compréhension et la mémorisation sont les 3 piliers de l’apprentissage.

    Il nous semble nécessaire de trouver de nouvelles solutions pédagogiques innovantes pour pallier cette détérioration des conditions d’apprentissage. »

    (L) _« J’ai découvert la méditation pleine conscience en lisant les livres de Jeanne Siaud-Facchin « Tout est là, juste là » et  Christophe André « Imparfait, libre et heureux ». J’ai poursuivi mes recherches sur Internet et j’ai rencontré Maryline. Elle m’a expliqué la pratique de la pleine conscience en classe. J’ai trouvé cela vraiment pertinent. Ça correspondait à mes aspirations.

    En discutant avec Marie-Claire et Virginie, je me suis rendue compte que nous avions là un outil qui pouvait répondre à nos attentes. Nous sommes toutes les trois dans la recherche de l’évolution de nos pratiques pédagogiques. Le monde et nos élèves évoluent. Nous nous devons de nous adapter en tant que pédagogues. Et puis nous ne devons pas perdre de vue que nous formons les adultes de demain. Alors nous nous sommes lancées! »

  • Avez-vous rencontré des difficultés administratives pour mettre en place ce programme ? Comment l’avez-vous financé ?

    (L, V, MC)_« Il n’a pas été simple de mettre en place ce projet. En premier lieu, il nous a fallu convaincre notre hiérarchie et nos pairs de son bien fondé en milieu scolaire. Le mot « méditation » fait peur…

     Nous avons donc travaillé sur l’explication de cette pratique, dans l’élaboration écrite du projet et lors de nombreux échanges en réunion. Il a fallu aussi prouver que l’utilisation simple du CD proposé par Eline Snel dans son livre n’était pas suffisante. C’est une bonne entrée, mais le véritable apprentissage de la pleine conscience requiert l’intervention d’une personne formée, un professionnel…

    L’aspect financier a aussi été une barrière à franchir. Il est difficile d’obtenir des subventions de l’Education Nationale pour ce genre de projet innovant et précurseur. Étant dans une école publique, nous ne pouvions pas solliciter financièrement les parents. Nous avons donc fait appel au Comité des fêtes de l’école. Il nous a fallu là aussi convaincre nos interlocuteurs. Et ça a marché !  D’ailleurs, nous les remercions de leur confiance, qui a récompensé notre motivation et notre persévérance !!!

    Nous avons souhaité inviter l’Inspectrice ainsi que le Conseiller Pédagogique de la circonscription à participer à un atelier et nous avons eu la joie de les accueillir chacun à leur tour sur deux ateliers différents. Les retours ont été très positifs, ce qui donne bon espoir pour que cette démarche soit mise en place et expérimentée à plus grande échelle. »

  • Quelle a été la réaction des parents ? Les avez-vous impliqués dans le processus ?

    (L, V, MC)_« Pour impliquer l’ensemble des parents de nos trois classes et ceux de l’école, Maryline a proposé une conférence, à la laquelle l’Inspectrice de Circonscription a assisté. La plupart des parents présents ont été convaincus. Mais à notre grand regret, peu de parents de nos classes ont été réceptifs. Après chaque séance, un résumé était proposé ainsi que des ateliers de prolongement à faire à la maison. Aux dires de nos élèves, peu de famille se sont impliquées, par manque de temps. »

  • Comment vous êtes-vous senties pendant les séances ? Qu’avez-vous observé chez vos élèves ?

    V_« Pendant les séances, j’ai eu du mal à être disponible car j’étais toujours dans le rôle de celle qui fait de la discipline. »

    MC, L, V_ « C’était un moment de partage avec nos élèves. On pouvait les observer et les voir autrement. Certains, très introvertis au départ, se sont révélés. D’ autres n’ont pas réussi (ou ne se sont pas autorisés) à rentrer dans cette activité et en particulier dans la phase de méditation.

    En revanche,  tous étaient toujours très motivés et s’investissaient dans les ateliers plus « ludiques ».

  • Comment vous êtes-vous approprié la pratique en dehors des séances menées par l’intervenante ?

    MC, V, L_« Lors des séances que nous pratiquons quotidiennement en classe, nous pouvons remarquer que les élèves sont de plus en plus autonomes dans leur pratique.

    En classe, nos élèves sont plus attentifs et ont pris conscience de leurs compétences. Les notions semblent mieux intégrées. L’ambiance de classe est plus sereine car les élèves sont dans la communication et dans le respect des règles. Et surtout, ils sont moins angoissés ! Ils adorent les dictées qui étaient source de mal-être en début d’année!!!

    Chaque séance commence par une entrée en méditation de 4 à 5 minutes « la petite grenouille ». Cela leur permet de se recentrer et d’être présent ici et maintenant. Puis nous proposons une petite activité plus ludique (proposée dans le livret de formation d’Eline Snel plus complet que le livre). Nous n’utilisons presque plus le CD. Nous nous sommes tous un peu lassés de la jolie voix de Sara Giraudeau !!! Les élèves préfèrent nos voix… »

  •  Une fois les 8 séances terminées avez-vous envisagé des prolongements ? A quel rythme ?

    « À la suite des 8 séances de pratique avec Maryline, nous avons proposé à nos élèves de retenir les ateliers qu’ils avaient préféré, ceux qui leur avaient apporté le plus, le best of ! Nous avons organisé un petit programme sur la semaine. »

  • Qu’en ont pensé les élèves ?

    « Moi ça m’aide quand le mardi, je vais chez l’orthophoniste, je dois me lever tôt, alors je fais de la méditation. » Ambrine

    « Je médite chaque soir pour éviter les cauchemars. Je n’en ai plus. » Eve

    « Pour m’endormir, je médite, des fois ça marche, des fois pas. »  Anaïs

    « J’ai aimé la balle des compliments. »  Ambre

    « J’aime le spaghetti, ça m’aide à me détendre quand je suis énervé. » Melvil

    « J’aime les séances où on lance le ballon. » Ahmed

    « Quand je suis en colère, je respire.«  Anaïs

    « Quand je suis énervée, je n’arrive pas à me concentrer. La méditation ne m’a pas servi. » Ophélie

    « Ça m’a beaucoup aidé à la piscine. J’avais peur, mais respirer m’a aidé. »  Justine

    « J’aime bien faire la respiration dans la classe. »  Younès

    « C’est vraiment mieux avec Maryline plutôt que le CD« . Robin W

    « Avec Maryline, il y avait Grégoire (mascotte des séances, NDLR). Ça  me rendait heureuse de méditer avec eux« . Kali

    « J’aime bien les histoires de Grégoire. C’est un peu comme nous. Et Maryline a une voix douce. »    Mahé

    « Au début c’était dur. A la fin c’était mieux. Mais j’ai pas trop de temps pour refaire la méditation à la maison. » Antoine

    « J’ai trouvé ça super bien. Ça m’a apporté de la joie. Je me sens mieux et je fais souvent le spaghetti.«  Sacha

    « J’ai bien aimé la méditation. Maintenant je me sens plus calme avec mon frère. » Hedyle

    « J’ai aimé. Parfois quand je suis énervée je peux me calmer. » Lily

    « Ça m’aide à m’endormir. »   Théophile

    « J’ai bien aimé la séance sur les cinq sens. Quand je suis trop énervé, je les observe.«  Benjamin.

    « Le soir, je fais le spaghetti pour m’endormir. » Manon

    « Je suis plus concentrée en classe. »  Zoé

    « Je suis moins stressée. Je fais la grenouille. » Maïssane

    « Avant je me traitais de nul. Maintenant, je sais que je peux y arriver et qu’il faut toujours essayer. »    Robin G

    « Je n’ai pas réussi à faire la méditation et je ne sais pas expliquer pourquoi. » Maxime
    « C’est plus calme dans ma tête et dans mon corps. »      Eowyn

    « Quand je fais mes devoirs à la maison, je suis plus détendue.« Shelzy

    « Ça m’aide quand je me dispute avec mon frère. Je pense à ma respiration et je suis moins énervée contre lui. »     Anita

    « J’ai bien aimé les séances de méditation, parce que c’était nouveau. On ne faisait pas ça à l’école avant. » Gabriel

    « Moi j’ai bien aimé quand on a fait les vœux.«  Brunisse

     

    Pour en savoir plus sur la mise en place de programme d’entrainement à l’attention et de méditation de pleine conscience en classe, cliquez !

Méditer en classe – témoignages enseignants et élèves
X
%d blogueurs aiment cette page :